Arnaldur INDRIDASON : Série Konrad – 03 – La pierre du remords

0
611
Arnaldur INDRIDASON : Série Konrad - 03 - La pierre du remords
-

Présentation Éditeur

Une femme est assassinée chez elle. Sur son bureau, on retrouve le numéro de téléphone de Konrad, ancien policer. L’enquête révèle rapidement qu’elle l’avait contacté récemment pour lui demander de retrouver l’enfant qu’elle avait mis au monde cinquante ans plus tôt, et qu’elle avait abandonné juste après sa naissance. Maintenant désolé de lui avoir refusé son aide, Konrad s’emploie à réparer son erreur. Il retrouve les membres d’un mouvement religieux contre l’avortement et reconstruit l’histoire d’une jeune fille violée dans le bar où elle travaillait. Il retrouve aussi un clochard équivoque, des trafiquants de drogue et même des fragments de l’histoire de la mort violente de son père. Au fil de l’enquête, il mesure l’ampleur de la tragédie dans laquelle son intuition et son entêtement l’ont plongé. Konrad se révèle un enquêteur sensible à la souffrance des autres, d’une humanité touchante.

Origine Islande
Éditions Métailié
Date 4 février 2021
Traduction Eric BOURY
Pages 352
ISBN 9791022611060
Prix 21,50 €

L'avis de Sophie PEUGNEZ

Konrad est secoué car une femme âgée à qui il avait refusé son aide vient d’être assassinée. L’ancien policier n’avait pas considéré que c’était de son ressort de retrouver l’enfant que Valborg avait mis au monde sans lui accorder un primo regard ni connaître son sexe. Comment retrouvez des traces du passé ou de possibles témoins ? Konrad fait une fois de plus preuve de sagacité pour reconstruire ce puzzle familial. Il vit avec les « fantômes » de son propre père qui a berné ceux qui ont perdu un être cher.

« La pierre du remords » traduit de l’islandais par Eric Boury est un texte sublime sur les regrets et la filiation. Ouvrir ce roman c’est comme ouvrir une vieille valise où se trouvent des photos aux visages effacés par le temps, des coupures de presse, un drôle d’instrument… A la fois le ton d’une poésie sombre mais aussi une forme de lumière via son personnage principal. La singularité islandaise nous enveloppe et nous enchante une fois de plus sous la plume d’Arnaldur Indridason.

Diffusé également dans la revue littéraire Perluette

Partagez votre lecture dans les commentaires !

Co-fondatrice de Zonelivre.fr. Sophie PEUGNEZ est libraire, chroniqueuse littéraire pour le journal "Coté Caen" et modératrice de débat.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.