HJORTH et ROSENFELDT : Sebastian Bergman – 04 – La fille muette

0
64
Suede
HJORTH et ROSENFELDT - Sebastian Bergman – 04 – fille muette
-
  • Éditions Actes Sud le 10 octobre 2018
  • Traduit par Remi CASSAIGNE
  • Pages : 480
  • ISBN : 9782330109615
  • Prix : 23,00 €

Présentation de l'éditeur

Dans une petite ville au coeur des forêts du Värmland, la famille Carlsten est sauvagement assassinée dans sa propre maison. L’enquête est confiée à la brigade criminelle et prend une tournure inattendue lorsque la police découvre qu’il existe un témoin : Nicole, dix ans, a disparu après avoir laissé ses empreintes de pieds dans le sang de son petit cousin. La police doit la retrouver avant que le tueur ne soit informé par les médias de son erreur. Lorsque Nicole est enfin localisée, après plusieurs jours de fuite, elle se trouve dans un état de choc profond. Incapable de prononcer le moindre mot, c’est par des dessins qu’elle parvient à exprimer son traumatisme. Le profiler Sebastian Bergman doit à tout prix réussir à sortir la fillette de son mutisme avant qu’il ne soit trop tard : le meurtrier semble prêt à tout pour faire en sorte qu’elle soit à jamais réduite au silence.

Haletant de bout en bout, ce nouvel opus du tandem suédois est un thriller psychologique singulier et addictif, poursuivant magistralement la série mettant en scène le psychologue et profiler Sebastian Bergman – personnage lunaire, coureur de jupons invétéré, antihéros par excellence.

Notre Avis

La fille muette ou l’art d’exercer le mensonge.

Une famille est retrouvée massacrée dans une petite ville. La police criminelle a été appelée en renfort pour aider la police locale pour savoir qui a pu tuer de sang froid ce couple et leurs deux petits garçons. L’enquête piétine un peu. Un événement va bouleverser le tempo des investigations. On s’aperçoit qu’il y a avait une autre enfant sur les lieux du massacre. Cela fait plus de 48h, il faut la retrouver à tout prix, pour la garder en vie et elle détient certainement de précieuses informations.

L’équipe criminelle est à pied d’œuvre pour résoudre cette enquête mais en devant gérer de manière discrète les tensions du groupe. Il y a l’absence de leur collègue Ursula qui s’est pris une balle dans l’œil. La colère qui ronge Torkel car il n’arrive pas à digérer l’endroit où elle se trouvait lorsque le drame a eu lieu, il n’arrive pas à gérer les sentiments amoureux qu’il éprouve envers elle. Le jeune Billy qui a du faire usage de son arme en service tuant ainsi deux individus, toutes les plaies ne sont peut-être pas cicatrisées. La tonique Vanja qui se donne à 200% pour son métier qu’elle affectionne peut-être plus que tout et qui lui permette peut-être d’oublier les mensonges de ses parents, un père qui n’est pas vraiment le sien. Et Sebastian Bergman, brillant psychocriminologue mais qui a un appétit débordant pour la gente féminine sans se soucier des conséquences. Il a vécu un traumatisme profond il y a des années et est-ce que cela ne risque pas à un moment donné d’altérer ses capacités d’analyse. La complicité toute particulière entre Sebastian et Vanga.

Le thriller « La fille muette » des suédois Hjorth et Rosenfeldt publié aux Éditions Actes Noirs a un aspect totalement addictif. Je me retrouvée à la page 474 dans le même état qu’après une excellente série TV. Je voulais savoir la suite. Car même si chaque tome de la série mettant en scène le psychocriminologue Sebastian Bergman peut se lire de manière totalement indépendante (j’avais adoré le tome 1 il y a des années et là j’ai dévoré le 4 sans avoir lu le 2 et le 3), il y a une véritable évolution dans le psychisme et le comportement des personnages. Ils ont cet aspect très nordique de pouvoir incarner Mr et Mme Tout Le Monde, j’aime ces passages où l’on voit que Sebastian a de l’embonpoint. On a envie de lui mettre des claques et puis la page d’après de le serrer dans nos bras mais quel charmeur, je suis tombée dans le panneau. La complexité des rapports familiaux notamment parents-enfants sont décrits avec force et pudeur. De très beaux passages sur le deuil, sur le fait d’essayer de vivre malgré la perte d’êtres aimés. Quelques passages sensuels mais sans jamais de vulgarité.

L’intrigue est bien menée. Le palpitant bat fort lorsqu’on pénètre sur la scène de crime. C’est très visuel. C’est poignant de voir cette fillette murée dans le silence et il y a un vrai travail d’écriture qui permet de savoir ce qui se passe dans sa tête et notamment cette cassure très forte avec le monde extérieur. Les rapports à la politique sont très intéressantes on voit combien la maire de la commune s’implique en sacrifiant parfois sa vie de couple, a-t-elle le choix, cela rappelle l’univers de la série TV Borgen. L’écologie et les choix qui sont fait dans les pays nordiques, les contradictions parfois, sont aussi un des points forts de ce récit.

Michel Hjorth est l’un des créateurs de la série TV Les Enquêtes d’Erica d’après les romans de Camilla Läckberg et il est derrière plusieurs adaptations des livres de Henning Mankell sur le personnage de l’inspecteur Wallender. Et Hans Rosenfeldt est le producteur et scénariste qui a créé la sublime série TV The Bridge-Bron (dont les droits ont rachetés par plusieurs pays : Le Tunnel franco-britannique, The bridge sur la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique).

Sebastian Bergman existe aussi en série TV (https://nordique.zonelivre.fr/serie-tv-sebastian-bergman/). Amateurs de frissons, de textes très psychologiques, de personnalités atypiques, amoureux de la culture nordique, ce texte est fait pour vous.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.