Inger FRIMANSSON : L’ombre dans l’eau

0
843
Suede

INFOS ÉDITEUR

ombre_dans_l_eau

Parution aux éditions First en février 2011

Parution aux éditions Livre de Poche en février 2012

Traduit par Carine Bruy

Justine Dalvik croyait avoir réglé ses comptes avec le passé.

Elle croyait pouvoir vivre en paix dans sa maison au bord du lac. Avec Hans Peter, le seul homme qui ait su apaiser ses démons. Mais pour combien de temps ? Tortures, trahisons, meurtres, tous les drames qui hantent Justine menacent de remonter à la surface. Comme le corps de son ancienne camarade de classe. Berit, qu’elle voit émerger des profondeurs dans ses cauchemars. Et quand les proches de disparus viennent rôder près de la maison.

Justine sent que l’étau se resserre. Jusqu’à quand pourra-t-elle faire taire les fantômes du passé qui crient vengeance ? Comment sauver l’amour et la sérénité qu’elle a mis toute une vie à trouver ? Une véritable plongée en eaux troubles. Une atmosphère aussi envoûtante qu’angoissante, par la reine du suspense psychologique suédois.

(Sources : Livre de Poche – Pages : 456 – ISBN : 9782253157175 – Prix : 7,10 €)

L’AVIS DE SOPHIE PEUGNEZ

Ces disparus qui hantent vos vies…

Jill a pris des vacances pour soutenir Tor un ami de longue date. Sa femme Berit, qui était également sa meilleure amie, s’est volatilisée du jour au lendemain. Elle tente de lui montrer les beaux moments qui restent malgré tout dans la vie. Ils se soutiennent dans la douleur et dans une sorte de deuil difficile à gérer car aucun corps n’a été retrouvé.

Justine se sent observée dans sa belle maison. Elle frôle la paranoïa. Des drames jonchent son histoire personnelle. Il y a eu son compagnon Nathan disparu lors d’une expédition, le guide a déclaré qu’il fallait abandonner… Elle a refait sa vie… Doit-on la considérer comme une veuve noire ?

Justine est également la dernière personne à avoir vu Berit. Est-elle coupable d’un acte répréhensible par la loi ? Ou ses angoisses viennent-elles d’avoir été martyrisé par ses petites camarades pendant l’enfance ainsi que par sa belle mère ?

Son compagnon Hans Peter ne peut pas toujours être présent pour l’aider à combattre ses fantômes, il traverse une période également difficile avec un hôtel qui risque d’être vendu suite aux problèmes de santé de son patron (auquel il est attaché).

La douleur peut prendre un autre visage : celui tuméfié de la femme de ménage de l’hôtel qui déclare avoir fait une chute dans l’escalier de la maison. Comment gérer le fait d’être battue lorsque votre mari est policier et que votre fille est aveugle et qu’elle dépend beaucoup de vous ?

Inger Frimansson nous dresse le portrait d’une communauté : des scènes de vie parfois chargées d’espoir mais où la douleur et les secrets du passé sont très présents. Un personnage peut paraitre sympathique mais lorsqu’on le découvre à travers le regard d’un autre protagoniste, on peut découvrir des aspects de sa personnalité pas toujours brillants. Et inversement, les êtres ne sont pas que noirceurs. Des événements même tragiques ont peut être une genèse psychologique et avant de juger, il faut savoir, comprendre… Mais peut-on pardonner ?

Plusieurs voix s’élèvent et c’est intéressant de pouvoir découvrir les faits avec différents points de vues.

Dans un précédent article, je comparais Anne JANSSON à l’auteur Mary HIGGINS CLARK, là je trouve que l’esprit des romans d’Inger FRIMANSSON est proche de celui de Patricia MacDONALD. Attention certains lecteurs pourraient être déstabilisés par le nombre de personnages, je conseille donc une lecture sans trop d’interruptions pour apprécier et bien comprendre l’histoire. Un texte entre le roman de suspense et le thriller psychologique.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.