Interview de Jérôme REMY, Directeur Artistique du Festivales Les Boréales

0
827
France
remy_jerome__raphael_halfaoui_
Crédit photo : (c) Raphaël HALFAOUI

Jérôme REMY est Directeur artistique du Festival Les Boréales.

Découvrez son métier, son parcours et ses conseils pour les personnes attirées par sa profession. Plongez dans l’univers des Boréales.

Du 15 au 30 novembre 2013, le festival LES BOREALES rendra hommage à la littérature nordique pour sa XXII ème année. L’Islande et la Lituanie seront les invitées d’honneur. Rendez-vous littéraires, concerts, expositions, cirque, danse, ateliers….

Bonjour Jérôme Rémy, comment est né le Festival Les Boréales ?

Le festival est né à l’Université de Caen de la volonté de deux enseignants en langue nordique : Lena Christensen et Eric Eydoux. Depuis 1999, il est organisé par le Centre Régional des lettres de Basse-Normandie.

Cette année c’est la XXII édition, quelles ont été ses évolutions depuis le début ?

Dès 1994, le festival est devenu pluridisciplinaire tout en gardant une identité littéraire forte. Aujourd’hui, on peut dire que Les Boréales s’attachent à défendre toutes les formes d’écriture : romanesques, chorégraphiques, photographiques, etc…

Les artistes viennent maintenant de tous les univers : musique, cirque … comment faites-vous pour les « dénicher » ?

Dénicher des artistes, c’est un travail de chercheur d’or. On tamise… Beaucoup, longtemps. On tente de suivre très tôt les personnalités fortes qui se dégagent de la scène nordique. Ensuite, on les accompagne, on leur fait confiance. Mais tout cela nécessite de voyager, de se tenir informé. C’est un travail de veille permanente.

Comment choisissez vous le (ou les) pays à l’honneur ?

Le pays à l’honneur correspond à l’actualité du moment. La Lituanie assure la présidence tournante de l’UE depuis juin et jusqu’à fin 2013. C’était donc une évidence. C’est un immense pays de théâtre et de photographie. Lui associer l’Islande permettait une vraie complémentarité puisque ce petit pays de 330.000 habitants regorge de musiciens et d’écrivains. En outre, l’Islande est incontestablement le pays qui fait le plus rêver nos spectateurs. Depuis les romans de Jules Verne, cette terre de feu et de glace déclenche un imaginaire incroyable.

Quand avez-vous rejoint « l’aventure Les Boréales » ?

Pour ma part, j’organise le festival depuis 1994. Cette 22 ème édition sera le 20 ème festival que je porte. Les années passent… Après des études de lettres, théâtre et cinéma à l’Université de Caen, j’ai eu la chance de plonger dans le bain bouillonnant de la culture nordique. A l’époque, on connaissait mal ces cultures. Björk et la palme d’or à Cannes pour Lars Von Trier au milieu des années 90 ont donné une large visibilité à ces pays.

Vous êtes directeur artistique du Festival Les Boréales, comment pourriez-vous définir votre métier?

Définir mon métier ? C’est à la fois simple et compliqué. La direction artistique implique d’assumer les choix de programmation du festival chaque année. C’est ma responsabilité. En même temps, je suis heureux de la partager avec nos partenaires culturels qui accompagnent le festival et lui ouvrent leurs portes.

Quels conseils donneriez-vous à quelqu’un qui aimerait exercer votre métier ?

Il faut quelques qualités pour devenir directeur artistique d’une manifestation culturelle. Mais la principale et plus importante est évidemment la curiosité. Il faut garder toujours et encore l’envie de découvrir, la soif de se confronter à ce qu’on ne connait pas. C’est toujours ce qui doit guider le travail afin de garder le regard aiguisé.

Quels événements attendez-vous avec impatience pour l’édition 2013 ?

Pour cette édition 2013, j’attends beaucoup du ciné-concert Les Vikings car j’adore ce film kitch et génial. Le concert d’Alina Orlova avec 25 musiciens sur scène sera aussi un temps fort que j’ai hâte de découvrir. Il s’agit là aussi d’une création. Le concert de FM Belfast sera aussi une fête incroyable. Le groupe islandais est une machine à faire danser et à rendre heureux. Enfin, la venue d’Henning Mankell est forcément l’événement le plus attendu de cette édition. Ses dernières participations aux Boréales remontent à 1994 et 1997.

Et pour clore cette interview, quels sont vos livres cultes ?

Ah mes livres cultes… En fait, je pense spontanément à deux romans finlandais qui ont eu sur moi un effet incroyable. Le rameur de Ilka Pitkanen et Lettres à Trinidad d’Annika Idstrom. Des livres immenses auxquels je songe sans cesse depuis 20 ans ou presque…

Merci à Jérôme REMY de nous avoir accordé cette interview.

Retrouvez les informations concernant Le Festival Les Boréales sur le site du CRLBN et sur la page facebook du festival.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.