Jussi ADLER-OLSEN : Les enquêtes du département V – Tome 5 – L’Effet papillon

7
6677
Danemark

INFOS ÉDITEUR

effet papillon - jussi adler olsen

Parution aux éditions Albin Michel le 2 janvier 2015

Parution aux éditions Livre de Poche en mars 2017

Traduit par Caroline Berg

Marco, quinze ans, a passé toute son adolescence au sein d’un réseau mafieux dirigé par son oncle Zola. Lorsqu’il tente de sortir de la clandestinité, il découvre le cadavre putréfié de William Stark, qui végète là depuis trois ans.

Tandis que le Département V piétine sur la disparition d’un officier danois, il semblerait que Marco pourrait avoir des informations pour résoudre ce cold case et remonter la piste d’une affaire dont les ramifications politiques et financières pourraient bien faire vaciller l’intégrité politique du Danemark.

Encore une fois, le maître du thriller scandinave réussit à nous surprendre. Dans ce cinquième tome de la série, Carl Mørck et ses assistants Assad et Rose, s’engagent dans une course-poursuite au suspense haletant qui, des rues de Copenhague, les amène jusqu’en Afrique.

(Source : Albin Michel – Pages : 656 – ISBN : 9782226312457 – Prix : 22,90 €)

L’AVIS DE SOPHIE PEUGNEZ

Poignant !

2010. Copenhague, Marco n’était jamais en retard pour le rendez-vous avec la camionnette qui les ramenait à la maison avec leur butin. Pickpockets, vols dans les maisons, mendicité, la machine était bien rodée pour que Zola ait le maximum d’argent. Chef de clan, gourou, il était celui sur laquelle reposait toute la communauté. Un homme a l’allure élégante qui arrivait à duper tous les voisins. Marco avait de plus en plus de mal à se plier aux règles, il avait notamment appris à lire en cachette et il était le seul à avoir appris le danois alors qu’ils s’étaient installés dans le pays depuis trois ans.

Il ne supportait plus que ses camarades prennent des coups ainsi que lui-même lorsque les rapines étaient insuffisantes. Et Zola avait commencé à craindre que son neveu ne le dénonce aux autorités (les médias avaient notamment parlé d’un policier Mork qui était resté enfermé en compagnie de cadavres momifiés). Il était en train de planifier la mutilation d’un des jeunes qui ne rapportait plus assez d’argent mais Marco avait tout entendu, il tenta de s’échapper, des hommes du clan se mirent à sa poursuite… Il s’enfonça dans la nuit et à deux doigts d’être attrapé, il avait creusé un coin de terre meuble pour se cacher or il s’était aperçu qu’il était en tête à tête avec un cadavre…

Printemps 2011. Des changements s’opèrent dans les bureaux de la police du département V. Le grand chef s’en va laissant la place à un individu que Mork ne supporte pas or il s’avère que celui-ci à des liens insoupçonné avec Assad et notamment un passé commun. Que dissimule son (fidèle ?) assistant ? Et la légitimité du service des cold cases est remise en question… Tout semble s’effriter et l’obstinée Rose a mis la main sur un avis de recherche particulier…

Entre l’Afrique et me Danemark des hommes politiques et des hommes d’affaires sont censés gérer les fonds d’une association caritative. Mais comme dan un jeu de dominos les pièces vont tombées une à une suite à une mise en place complexe et subtile… Quelle est la main invisible, qui a donné la première impulsion meurtrière et qui continue à tout gérer dans l’ombre ?

L’effet papillon, le cinquième opus du département V, est toujours aussi passionnant. Les frontières sont toujours aussi minces entre le fait d’agir correctement ou de commettre des méfaits. Le lecteur est secoué par de véritables interrogations que ce soit par ce jeune personnage de Marco (voleur malgré lui ?) et Assad (homme aux manières peu orthodoxes, acceptables ?). Le texte varie de scènes presque légères et lumineuses à des moments beaucoup plus sombres. Je pense que je n’ai jamais eu si peur en lisant un roman de Jussi Adler Olsen tellement la mort rode et peut frapper à n’importe quel instant. Les « enfants-soldats » sont terrifiants.

L’auteur nous offre une peinture sans concession de la société danoise.

« Devrait-il se mettre à hurler s’ils essayaient de le capturer ? Quelqu’un réagirait-il s’il le faisait ? Il était en droit d’en douter. Les Danois préféraient faire profil bas quand il y avait du grabuge. Il l’avait souvent remarqué. » (extrait de la page 166)

« Nous sommes allés faire un tour dans la rue ce soir (…). Tu avais raison dans tes lettres à propos des Danois. Ils ne nous voient pas. Il suffit que nous marchions un peu séparés et ils ne nous accordent pas un regard » (personnages venus d’Afrique. Extrait de la page 396)

L’auteur a vraiment joué sur les contrastes et l’écriture est plus que jamais cinématographique. De véritables plongées sur la vie dans la rue lorsque Marco se réfugie en haut de son immeuble. Tout paraît si palpable, si réaliste. Et certaines scènes sont de véritables « coups de jus ». J’ai été traversée de la tête aux pieds quand j’ai vu que les deux histoires se percutaient tout à coup, il me semble que jamais ce phénomène n’avait été aussi fort dans les précédents volumes. Une page tournée, une affiche arrachée, un échange de regard. Je suis véritablement bluffée et pratiquement sous le choc car c’est un texte qui fait réfléchir sur la condition de certains jeunes gens dans les rues, sur le regard que l’on peut tous porter sur eux (entre indifférence, peur, méfiance).

Il y a une tonalité différente dans chacun des romans et en même temps une véritable harmonie dans l’ensemble de l’œuvre qui fait que l’on s’y plonge avec délectation et que l’on savoure chaque page.


L’AVIS DE JEAN-MARC VOLANT

La nouvelle enquête du Département V avec le fabuleux trio constitué de Carl Morck, Assad et leur jeune assistante Rose est encore une fois un bon cru.

On retrouve avec plaisir cette équipe qui a pris du galon et beaucoup d’assurance dans la reprise d’affaires non classées. Ils ont le soutien de leur boss, qui fait honneur à leur travail d’enquêteurs.

Alors qu’ils sont déjà sur une enquête pour résoudre un crime à la suite d’un incendie mortel, Carl Morck et son équipe vont par le plus pur hasard devoir concentrer leur recherches sur l’affaire non résolue de la disparition soudaine d’un certain William Stark… Réticent au départ, Morck va se plier pour la forme, à l’exigence de Rose qui a flairé quelque chose de pas net du tout dans cette disparition et surtout que celle ci va mettre à jour une affaire de corruption et de détournement d’argent au sein d’une ONG pour des pays africains.

En même temps, dans une petite ville du Danemark, Marco, un jeune garçon à la solde de son oncle qui l’utilise, lui, sa  famille et d’autres enfants à jouer les pick-pockets et à mendier, tombe par hasard sur un cadavre. Ce cadavre, que certains ne sont pas contents de voir réapparaitre au grand jour, va causer bien des soucis au jeune garçon.

Celui ci va se trouver la cible d’une chasse à l’homme par son oncle et ses sbires, et autres racailles. Il faut dire aussi que le gamin s’est fait la malle du clan, ulcéré d’être ainsi exploité par son oncle.

Depuis ses deux derniers romans, Jussi Adler Olsen fait preuve d’une plus grande humanité dans ses sujets : Après deux romans à la trame assez classique (mais toutefois efficaces à la lecture) le romancier danois choisit de prendre des sujets à dimension plus humaine, ce qui avait provoquer pour ma part un désintéressement assez moindre aux deux dernières enquêtes du département V. Un peu moins de tension, un tempo plus lent (pourtant je suis habitué à ce type de récit) et des sujets, ont fait que j’ai moins apprécié “Délivrance” et “Dossier 64”.

Et pourtant, dans “L’effet papillon”, l’auteur a choisi un sujet encore plus humain avec l’histoire de ce jeune garçon qui est véritablement le héros de l’histoire, malgré les intrigues et personnages secondaires du roman qui parsèment ce récit mené tambour battant, bourré d’adrénaline, malgré quelques moments temporisés, qui permettent de ralentir un peu la tension du récit, mais pour mieux repartir ensuite.

Du coup, le dernier roman de l’auteur danois (sans être pour autant un gros coup de coeur) m’a beaucoup plu et j’ai éprouvé un meilleur ressenti de lecture à la fin de celle ci. Encore une fois, toujours de bons personnages de méchants, et aussi des autres personnages indispensables au récit entrecoupé d’intrigues secondaires. Mais c’est surtout avec la course poursuite haletante du jeune Marco face aux sbires de son oncle, et tout ce qui tourne avec, qui ont fait que j’ai particulièrement aimé ce nouveau de Adler-Olsen. Sans doute que la destinée de ce jeune garçon prêt à vouloir réussir dans sa vie, à se réinsérer et à ne plus devenir une racaille qui vole les gens, m’a ému et touché plus que je ne l’aurais su.

Donc au final, un excellent moment de lecture. Et j’espère que le prochain roman de l’auteur danois sera aussi fort en humanité.

Un peu de douceur, d’espoir et de nouvelle chance dans ce monde de brutes dans lequel nous vivons, ca ne fait pas de mal, même pour l’esprit d’un lecteur.

PARTAGER

Passionné et grand lecteur

7 Commentaires

  1. merci pour cette chouette chronique ! Hâte de lire cette nouvelle enquête du Département V !
    Coup de coeur cette année pour “Profanation”, le second roman de l’auteur 🙂

  2. Coucou Sophie
    Je t’avoue que je ne lis que très rarement les chroniques mais là je ne tiens plus ….
    Je ne sais pas si c’est moi mais je trouve que Jussi monte en puissance et je l’ai beaucoup ressenti dans Dossier 64
    J’ai l’eau à la bouche … vivement
    En tout cas merci pour ce beau ressenti !

  3. Kris, de telles paroles de la part d’une grande fan d’Adler Olsen ne peuvent que me toucher. Je te confirme la montée en puissance, un texte peut être beaucoup plus sombre que les précédents car il met également le lecteur face à ses réactions lorsqu’il croise un mendiant ou qulequ’un de défavorisé dans la rue… Et Assad…. Que dire ? Je me peux que me taire et j’ai déjà hâte d’avoir le tome 6 entre les mains. Si ça continue Jussi Adler olsen va me pousser à apprendre le danois. Cań´t wait !!!!

    • Il me semble me souvenir qu’il avait dit qu’on découvrait le vrai Assad dans le tome 7 … bon on a encore le temps de saliver …. Bon pour le Danois … euh ! Je te laisse te faire les dents

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire
Veuillez entrer votre nom ici