Martti LINNA : Le royaume des perches

0
783
finlande

INFOS ÉDITEUR

Martti LINNA : Le royaume des perches

Parution aux éditions Gaïa en mars 2013

Parution aux éditions Babel en janvier 2015

Traduit par Paula et Christian Nabais

llpo Kauppinen aime la pêche. Il aime également Hilkka, sa femme, dont l’esprit se trouble parfois en surface, tel un lac, mais si lentement qu’on a le temps de s’y habituer.

Lorsque Hilkka disparaît, le capitaine Sudenmaa de la Criminelle se trouve confronté à l’enquête la plus ardue de sa carrière : retrouver l’épouse d’un homme qui ne pense qu’à attraper la plus grosse perche du lac.

D’autres soucis plus personnels préoccupent Sudenmaa : un petit bout de femme de quatorze ans qui attend à la maison que sa pochetronne de mère vienne la chercher pour le week-end.

Un polar au coeur de la Finlande des grands espaces.

(Source : Gaïa – Pages : 192 – ISBN : 9782847203004 – Prix : 18,00 €)

L’AVIS DE SOPHIE PEUGNEZ

Méditation aquatique.

Ilpo Kauppinen est à la pêche au milieu du lac lorsqu’il reçoit un appel au secours sur l’émetteur récepteur. Un homme tente de s’introduire dans leur bungalow et sa femme est seule.

Hilkka est portée disparue. Les policiers tentent d’éclaircir la situation mais ce n’est pas évident avec Ilpo qui ne communique pas comme tout le monde. Il est obnubilé par la pêche. Sa perception, sa définition du mode de fonctionnement des humains doit être calquée sur celle des poissons.

Lorsque sa femme maitre-nageuse était au travail, il aimait installer ses lignes dans la piscine le soir…

Pas évident de percer à jour un tel individu. Surtout quand la soeur de la disparue s’avère être son ex-femme et qu’elle crie haut et fort à qui veut l’entendre que c’est lui qui a tué son épouse. Les forces de l’ordre tentent de sonder le lac et d’interroger la famille qui gère le camp de vacances.

Un huis-clos surprenant dont l’enceinte principale est le lac. Ce roman policier finlandais rappelle l’esprit des romans policiers japonais : très méditatif, enquête traditionnelle, l’atmosphère et le paysage sont importants.

« Le capitaine se redressait au fur et à mesure. Il lisait les informations concernant les poissons, leur poids, le lieu de leur capture. Les espèces changeaient, la taille des gueules grimaçantes diminuait. Aucune trace de poussière sur les crânes, ni à l’intérieur. Il avait conscience de contempler le trésor d’Ilpo Kauppinen. Il se demanda si un tel reliquaire aurait dû emplir son âme de dévotion…. Des sandres, des brèmes, une anguille, un omble chevalier. Tête après tête, espèce après espèce, d’un bout du mur à l’autre.

« Ne vous arrive-t-il jamais de les échanger ? Quand vous en attrapez de plus gros ?

– Non. Je ne pêche plus que la perche.

– Et pourquoi donc ?

– La perche est le seul poisson noble en Finlande. Un poisson sacré, depuis les temps anciens? Ahti, saint Odin, donne-nous des perches… Cette prière vous dit quelque chose ?

– Je ne suis pas pêcheur, rétorqua Sudenmaa.

– Vous devriez. » p 82

Les éléments de l’intrigue sont comme des ronds dans l’eau, ils oscillent tout doucement. La fascination pour les perches d’Ilko pour la pêche rappelle celui des japonais pour les carpes. Avec une dimension quasiment mythologique, même si les références citées dans ce texte se rapportent plutôt aux mythologiques nordiques et greco-romaines.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.