Minna LINDGREN : Tome 1 – Les petits vieux d’Helsinki mènent l’enquête

0
1619
finlande

Ce roman, de Minna Lindgren, est à la fois drôle et sensible.. Un humour nordique si particulier qui permet de parler et de rire du quotidien.

INFOS ÉDITEUR

Les petits vieux d helsinki 1 - Minna Lindgren

Parution aux éditions Calmann-Levy en avril 2015

Parution aux éditions Points en avril 2016

Traduit par Martin Carayol

En plein coeur d’Helsinki, venez découvrir la résidence du Bois du Couchant… D’apparence charmante, il ne fait en réalité pas si bon finir ses jours dans cette maison de retraite où le drame ne cesse de frapper.

Olavi, l’ancien combattant, est convaincu que son infirmier a abusé de lui sous la douche ; son ami Reino, prote et grand séducteur, se voit confiné au service de démence lorsqu’il dénonce le scandale en pleine partie de cartes ;et Tero, le jeune cuistot, est retrouvé pendu. Pour Siiri et Irma, il n’y a aucun doute : quelque chose de louche se profile au sein de l’administration de la résidence. C’est alors que les deux amies se décident à enquêter,épaulées par un chauffeur de taxi Hells Angels qui connaissait bien Tero.

Entre tension artérielle, pertes de mémoire, surdité et déambulateur,l’enquête va s’avérer ardue, d’autant plus qu’Irma est soudainement internée de force dans la section fermée de la résidence…

Mais pour Siiri, pas question de jeter l’éponge !

(Source : Calmann-Levy – Pages : 352 – ISBN : 9782702157053 – Prix : 20,50 €)

L’AVIS DE SOPHIE PEUGNEZ

Siiri et Irma vivent à la maison de retraite du Bois Couchant. Elles s’amusent toujours que ce soit autour d’un jeu de cartes, en se saluant d’un cocorico, en allant dans les secteurs de la ville desservis  par le tram. Elles savourent la vie même si c’est plus lentement qu’avant. Elles ne manquent pas d’humour même lorsqu’elles parlent de leur propre mort. Elles aiment ponctuer leurs discussions de l’expression « Döden, döden, döden » (en suédois : la mort, la mort, la mort). Anna-Lisa et « l’ambassadeur » complètent la sympathique équipe. Et c’est bien d’être solidaire dans une maison de retraites où ils ont le sentiment de ne pas toujours être respectés. La directrice n’est pas toujours à l’écoute, elle semble parfois hautaine et indifférente. Et le moindre acte est facturé. Et des objets disparaissent, est-ce du vol. Certains pensionnaires en sont certains.

Ces toniques femmes sont proches des 90 ans. Elles ont l’habitude de voir « partir » d’autres habitants du domaine du Bois Couchant mais lorsque c’est le cuistot trentenaire qui décède là c’est un autre histoire. Siiri décide de jouer les Miss Marple et d’en savoir plus, elle l’aimait bien ce jeune homme, il y avait même une sorte de flirt entre eux.

« Les petits vieux d’Helsinki mènent l’enquête » de Minna Lindgren (publié aux Editions Calmann-Levy, aux Editions Points Seuil) est à la fois drôle et sensible. Siri et Irma ne manquent pas d’énergie, elles sont terriblement attachantes. Elles plaisantent beaucoup sur la mort ce qui permet au lecteur de s’immerger dans l’histoire sans malaise. Et j’ai même eu le sentiment d’être assise à leur table à l’heure du goûter. J’ai aimé les scènes qui parlent de leur coquetterie, que l’on puisse encore tomber amoureux à leur âge, que l’on ait le droit d’avoir une vie sexuelle.

Et en même temps en évoluant dans la lecture, il y a des passages poignants. La mémoire qui défaille, une porte qui devient close du jour au lendemain. Le rire n’est plus toujours au rendez-vous, c’est parfois une légère angoisse, voire la tristesse. Le comportement des « chachous » (enfants, petits-enfants, neveux d’une des héroïnes) fait mal au cœur. Et soyons franc ce roman nous met face à notre propre comportement avec les personnes âgées. Avons-nous eu la force, l’envie, la possibilité d’accompagner nos propres grands-parents dans une maison de retraite. Ce texte est très réaliste, il peut même projeter certains lecteurs face à leur propre vieillesse, tout le monde n’est pas capable « d’affronter ça ».

Mais ce roman, de Minna Lindgren, reste malgré tout d’un ton positif. Un humour nordique si particulier qui permet de parler et de rire du quotidien. L’esprit de l’enquête n’est qu’un prétexte pour proposer de jolies (et fragiles) tranches de vies. Il y a tellement de lumière qui se dégage de cette histoire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.