Mons KALLENTOFT : Les anges aquatiques

0
1394
Suede

INFOS ÉDITEUR

anges-aquatiques-mons-kallentoft

Parution aux éditions Seuil le 02 mai 2014

Parution aux éditions Points le 8 janvier 2015

Traduit du suédois par Frédéric FOURREAU

Patrick et Cecilia Andergren sont retrouvés assassinés dans le jacuzzi de leur villa cossue. Leur fille adoptive, Ella, cinq ans, a disparu. Aussitôt, la police pense à l’enlèvement… mais il y a aussi le fleuve tout proche. Malin Fors, qui sait maintenant qu’après la grave blessure dont elle a été victime en service, elle n’aura sans doute plus d’enfant, prend l’affaire particulièrement à cœur.

Cecilia Andergren avait une sœur qui vivait moins luxueusement qu’elle, avec son mari et ses quatre enfants. Elles étaient en très mauvais termes… Mais est-ce bien dans cette direction ou plutôt du côté des agences d’adoption qu’il faut orienter les recherches ? Alors que la tension monte — où est passée Ella? On ne retrouve pas son corps dans le fleuve… — Malin Fors enquête avec opiniâtreté, tout en luttant contre ses propres démons : la tentation de l’alcool est d’autant plus forte que ses problèmes personnels semblent insolubles.

Argent, maternité, adoption, racisme sont au cœur de ce roman placé sous le signe de l’eau.

Mons KALLENTOFT : Sa biographie et sa bibliographie

(Source : Seuil – Pages : 496 – ISBN : 9782021095951 – Prix : 22,50 €)

L’AVIS DE MARIE H.

Les Anges aquatiques est le sixième livre traduit en français du suédois Mons Kallentoft, l’occasion de retrouver avec bonheur le personnage atypique de Malin Fors, commissaire de police à Linköping, dans le sud du pays, mais aussi le sympathique Sven Sjövman, Zeke Martinsson le co-équipier de Malin, et de découvrir une nouvelle enquêtrice Elin Sand.

Les quatre premiers tomes de la série ont fonctionné sur le thème des saisons : printemps, été, automne, hiver. Ici, l’auteur s’intéresse tout particulièrement au thème de l’eau omniprésent dans tout le livre.

Patrick et Cecilia Andergren sont retrouvés morts dans le jacuzzi de leur villa : ils sont « nus comme des vers et morts, leurs cadavres violacés et bleuis baignent dans une eau opaque » (p.41) Ella, leur fille adoptive de cinq ans, a disparu. Malin Fors, qui doit toujours lutter contre son besoin d’alcool, dirige l’enquête mais cette dernière prend un tour particulier. D’une part, parce que Karin Johannisson, médecin légiste et amie de Malin, a récemment adopté une petite fille, vietnamienne, tout comme Ella, d’autre part, parce que Malin comprend qu’elle ne pourra plus avoir d’enfant et que Tove, sa fille « a quitté le nid maternel pour, selon toute vraisemblance, ne jamais revenir. » (p.17)

Ella a-t-elle pu se noyer dans le fleuve proche de leur maison ? Petronella, aurait-elle voulu se venger et récupérer l’argent de sa sœur Cécilia ? Patrick ayant travaillé de longues années en Asie, aurait-il touché des rétro-commissions de la part de certaines grandes entreprises?

A partir d’une intrigue très bien construite, l’auteur aborde la question de l’adoption et de l’argent et montre comment la frustration du désir d’enfant peut être exploité par des organisations peu scrupuleuses, tout comme les pays riches se permettent d’exploiter les pays pauvres : « un enfant contre un cochon » (p.10) Mais plus encore, à partir des histoires de Malin et de Karin, c’est bien de maternité qu’il s’agit, et à quel aveuglement son désir peut conduire.

Des passionnés nous font découvrir leurs lectures

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.