Oyvind STROMMEN : La toile brune

1
653
norvege-flag

INFOS ÉDITEUR

toile_brune_oyvind_strommen

Parution aux éditions Actes Sud en avril 2012

Traduit du norvégien par Loup-Maëlle BESANÇON

Le procès de l’attentat d’Oslo aura lieu en avril 2012, juste avant les élections présidentielles françaises. Nous publions à cette occasion l’enquête qu’un spécialiste norvégien a entreprise pour situer cet acte de terrorisme dans le réseau idéologique peu connu de la nouvelle extrême droite européenne sur Internet.

Au moment où l’extrême droite tue en Allemagne, nous découvrons aussi ses connexions en France. Øyvind Strømmen nous avertit : “La bête immonde est d’actualité, elle se nourrit de nos banalisations, et elle nous cache ses véritables intentions.”

(Sources : Actes Sud – Pages : 208 – ISBN : 9782330006341 – Prix : 21,00 €)

L’AVIS DE SOPHIE PEUGNEZ

Etude sur la toile brune.

Oyvind Strommen se base sur son propre vécu pour illustrer l’écart qui existe entre les faits et la manière dont ils sont interprétés et déformés. Alors qu’il vivait en Belgique, il n’a jamais remarqué de groupe islamiste, la vie de son quartier était diverse et riche. Mais il a été choqué suite à des élections de constater que 20% de sa ville votait pour l’extrême droite. Il a décidé de creuser le sujet en parcourant internet encore plus activement.

Il a l’occasion de constater la virulence des propos d’une partie de la blogosphère norvégienne, et aussi et surtout à l’étranger, vis à vis de l’Islam. Il a découvert ce qu’il a appelé la Toile brune.

L’auteur dépeint les comportements de groupes ou solitaires, la montée des idées, la transmission plus rapide grâce à internet, un langage particulier. Il analyse ces faits en Norvège et dans les autres pays et le risque de la banalisation.

Cet essai comprend de nombreux extraits de presse. Il ancre réellement les faits dans l’actualité. Il décrypte notamment le comportement d’Anders Behring Breivik. Il ne faut pas s’attendre à lire cet ouvrage comme un roman, c’est une véritable étude.

L’auteur ne « mâche pas ses mots » jusque dans sa conclusion où il parle de la liberté de la presse mais également de la vigilance nécessaire et qui concerne chacun.

Un ouvrage très intéressant à lire mais qui fait froid dans le dos.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.