Anna EKBERG : La femme secrète

0
1473
Danemark

INFOS ÉDITEUR

anna ekberg - femme secrete

Parution aux éditions Cherche Midi en mai 2017

Traduit du danois par Aude PASQUIER

Louise Andersen, la quarantaine, vit dans un petit village retiré sur l’île de Bornholm, au Danemark. Elle partage l’existence d’un écrivain, Joachim, de dix ans son ainé. Leur vie, sans histoires, est routinière. Jusqu’au jour où un homme, Edmund, arrive sur l’île et reconnait Louise : c’est sa femme, Hélène, disparue sans laisser de traces trois ans plus tôt. Il en est convaincu. Et tout porte à croire qu’il a raison. Louise, stupéfaite par cette confusion, va essayer d’en savoir plus sur Hélène, dont la vie semble avoir été beaucoup plus mystérieuse et exaltante que la sienne. Mais, si se mettre ainsi dans la peau d’une autre femme a quelque chose d’enivrant, on peut aussi y perdre la raison. Voire bien plus que cela.

En dire plus serait criminel. L’intrigue magistrale mise en place par Anna Ekberg dans ce premier roman qui fera date déjoue en effet toutes les attentes et les suppositions du lecteur, au rythme de rebondissements incessants. Plus encore qu’un suspense à couper le souffle, elle nous livre un magnifique portrait de femme en perte de repères. Si vous avez déjà rêvé de changer la donne de votre existence pour mener une autre vie, ce livre vous ravira.

(Source : Cherche Midi – Pages : 448 – ISBN : 97827491533957 – Prix : 21,00 €)

L’AVIS DE SOPHIE PEUGNEZ

Surprenant et captivant.

Louise Anderson vit une vie sereine avec son compagnon sur l’île de Bornholm. Elle gère son resto tandis que lui se consacre se consacre à l’écriture. Un matin alors qu’elle pensait pouvoir savourer une journée de repos tranquille, elle se retrouve oblige de remplacer une de ses employées. Changement de programme pas trop grave mais un homme se met à frapper à la porte de l’établissement en vociférant “Helene, Helene”. Or personne ne porte son prénom dans l’équipe mais ce type semble échapper à tout contrôle. Comme il n’y a pas la police ce sont des hommes de la conserverie juste à côté qui sont appelés en renfort. Mais quelqu’un a quand même averti les forces de l’ordre.

Et c’est peut-être à ce moment là que tout bascule vraiment : au commissariat Louise va être longuement questionnée à part, de même que sa moitié Joachim. Louise s’appelerait Helene, elle serait l’épouse de cet individu au comportement étrange Edmund, elle aurait disparu il y a trois ans laissant derrière elle deux enfants et une entreprise très prospère. Alors que cette sympathique quadragénaire ne comprend pas ce qui lui arrive, elle est suspectée d’avoir tuer Louise Andersen dont elle aurait usurpée l’identité.

La femme secrète de la danoise Anna Ekberg publié aux Editions Cherche-Midi est un brillant page-turner. Dès les premières lignes, j’ai eu de l’empathie profonde pour Louise (ou Helene, qui est-elle ?). J’avais envie d’être son avocate, de la défendre, de l’aider à retrouver la mémoire (tout en étant consciente du danger que cela pouvait représenter), de lui permettre de réintégrer sa petite ville tranquille et paradisiaque avec Joachim. De plus en tant qu’amoureuse des livres j’ai aimé la scène de leur rencontre.

Extrait p38 “Le soir où il (Joachim) avait rencontré Louise, tout avait changé. Cette femme rayonnait. Il se souvient clairement du moment où, au café, il avait lu au public ce qu’il venait d’écrire ce jour là. Il avait levé les yeux, vu son visage. Elle se tenait au dernier rang, près de la porte menant à la cuisine, totalement captivée par ce qu’il lisait, et, quand il avait rencontré son regard, elle ne l’avait plus lâché. Elle n’avait pas détourné la tête. Tout en elle était tellement ouvert, s’était-il fit. Comme si elle n’avait aucun filtre, comme si elle voyait le monde avec des yeux tout neufs.”

Mais c’est très troublant de s’apercevoir que Joachim ne connait rien de son histoire, qu’il s’est laissé porté par ce qu’ils vivent tous les deux tellement il a souffert de la relation avec son ex-femme spécialisée en Beaux-Arts. Monde très particulier avec ses codes dont il s’est toujours senti exclu et qui est habilement décrit dans ce livre.

Ce roman de suspens est idéal pour l’été : lecture de plage ou pour s’évader du bureau. Attention aux effets secondaires car à peine ouvert on ne peut plus le lâcher. Il évoque un  thème que l’on retrouve chez d’auteurs auteurs de romans policiers danois comme Jussi ADLER-OLSEN (Miséricorde – Les enquêtes du département V) et Sara BLAEDEL (Les filles oubliées) : celui de la disparition (L’enquêtrice Louise Rick de Sara Blaedel travaille dans un nouveau département consacré aux personnes disparues car entre 1600 et 1700 personnes sont portées disparues chaque année au Danemark). Ils soulignent tous le nombre important de personnes qui disparaissent dans leur pays  chaque année (disparitions volontaires ou non, certaines reviennent ou sont retrouvées. Pour d’autres le mystère reste entier). Le récit va crescendo avec de multiples rebondissements. J’ai beau lire beaucoup j’étais loin d’avoir tout deviner. J’allais oublier j’ai également aimé les références à la mythologie greco-romaine.

Des heures d’évasion et de frissons en perspective. La psychologie féminine est habilement décrite or regardez la bio de cette auteur danoise que je connaissais pas : Anna EKBERG.

Hâte d’avoir votre avis.

Vous voulez partager votre lecture, contactez nous

PARTAGER

Co-fondatrice de Zonelivre.fr. Sophie PEUGNEZ est libraire, chroniqueuse littéraire pour le journal “Coté Caen” et modératrice de débat.