Lilja SIGURDARDOTTIR : Reykjavik noir – 01 – Piégée

0
1154
Islande

INFOS ÉDITEUR

Lilja SIGURDARDOTTIR - Reykjavik noir - 01 - Piegee

Parution aux éditions Métailié en mars 2017

Parution aux éditions Points le 8 mars 2018

Traduit de l’islandais par Jean-Christophe Salaün

Sonja a été contrainte de devenir passeuse de cocaïne pour retrouver la garde de son petit garçon. Elle doit jouer au chat et à la souris avec des narcotrafiquants féroces, un ex-mari pervers, un avocat ambigu, une compagne envahissante.

Elle doit se montrer de plus en plus inventive, de plus en plus audacieuse. Elle doit sortir du piège dans lequel elle s’est laissé enfermer. Seule certitude, Tómas son petit garçon, lui, ne vit que pour ses week-ends auprès de sa si jolie maman.

Il y a aussi, à l’aéroport de Keflavík, Bragi, le vieux douanier, très intrigué par cette jeune femme élégante et décidée qui traverse régulièrement les salles d’embarquement.
Entre malversations et trafic de drogue, Piégée est un thriller original et brillant, mêlant une intrigue pleine de suspense, des personnages attachants et une description fantastique de la capitale de l’Islande pendant l’hiver 2010-2011, couverte de cendres et sous le choc du krach financier.

Nominé pour le Drop of Blood, le prix islandais du roman policier 2016.

(Source : Métailié – Pages : 336 – ISBN : 9791022606332 – Prix : 21,00 €)

L’AVIS DE SOPHIE PEUGNEZ

Une jeune femme se prépare à prendre l’avion sans bagage, elle a juste le catalogue d’une maison très connue dans les mains. Elle observe autour d’elle, repère sa « proie », elle se rend dans la boutique « duty free », achète une valise, quelques emplettes et elle fait l’échange au moment importun. Car Sonja avec son allure  de femme affaire est une véritable passeuse de drogue. Son rôle de mule elle l’assume, elle a vraiment le sentiment bien le gérer même si à la base ce n’est pas un choix. Elle a été « Piégée ». C’est pour son petit garçon Tomas qu’elle a fait ça, elle n’en n’a pas la garde et ses difficultés financières la poussent à continuer pour qu’ils puissent enfin vivre tous les deux. Car lui aussi souffre de cette séparation.

Agla fera-t-elle partie de sa vie ? La relation entre elles deux est très complexe : sensuelle mais pas continue. La difficulté d’assumer cette attirance, cette alchimie, vis-à-vis de la société. Et Agla qui travaille dans le milieu bancaire se retrouve rattrapée par la justice suite à la crise financière islandaise. Chacune a sa part d’ombre ou son jardin secret qu’elle ne dévoile pas à l’autre.

Arriveront-elles à trouver la sérénité, l’équilibre et l’une d’elle risque-t-elle  de finir derrière les barreaux ? Surtout que le douanier Brago a repéré la jolie silhouette de cette mystérieuse passagère. Or son flair et son expérience vont commencer à le titiller et il va l’observer de plus près.

« Piégée » traduit de l’islandais par Jean-Christophe Salaün est une jolie vraie découverte. J’ai adoré dès les première lignes découvrir cette jeune femme intrigante, passeuse de drogue (même si je n’adhère pas du tout à la prise de ce type de substance).  Mais ô combien attachante, l’amour qu’elle porte à son fils la guide, lui donne de la force, elle est prête à tout pour lui. Elle assume  aussi ses envies, le corps et les caresses d’Agla sont «  sa came » à elle.

Ce roman policier publié aux Editions Métailié à plusieurs grilles de lecture : l’immersion de la vie quotidienne de Sonja, ses difficultés familiales et financières. « Anti-héros » par ses actes mais à qui on peut certainement donner le statut de victime. En tout cas tellement réelle et sensible que j’avais envie de la protéger, qu’elle s’en sorte, quoiqu’elle fasse, quel que soient ses choix et pourtant ils sont loin d’être tous louables.

C’est à la fois facile à lire t en même temps c’est une vraie réflexion sur la situation économique de l’Islande et également de l’Europe. La Grèce et sa chute mais aussi ce qui attend la France et qui est loin d’être rassurant.

Un très bon texte de cette nouvelle venue dans le paysage du roman policier nordique : Lilja Sigurdardottir qui dévoile l’univers des passeurs de drogue, peut-on s’arrêter lorsqu’on a mis un doigt dans l’engrenage ? Et j’aime tout particulièrement l’histoire de Sonja et Agla. Le doute, les craintes de cette dernière sont très émouvantes. Pas toujours facile d’assumer ses envies les plus intimes. Surtout quand la société est loin d’être toujours tolérante. Une sensualité très élégante. J’ai vraiment de me plonger à nouveau dans cet univers.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.