Arni THORARINSSON : Treize jours

Treize jours d’Arni Thorarinssonest un thriller haletant situé dans l’Islande actuelle, un monde peuplé seulement de prédateurs et de leurs proies.

Islande
Arni THORARINSSON - Treize jours
-
  • Éditions Métailié le 4 octobre 2018
  • Traduit par Eric BOURY
  • Pages : 288
  • ISBN : 9791022608213
  • Prix : 21,00 €

Présentation de l'éditeur

Les adolescents sont-ils des aliens ?

13 jours, c’est le délai que sa dernière petite amie, banquière recherchée par la police, a donné à Einar pour la rejoindre à l’étranger.

13 jours, c’est le temps qu’il va lui falloir pour décider s’il veut accepter la direction du grand journal dans lequel il a toujours travaillé, pour empêcher un banquier affairiste de s’en emparer.

13 jours, c’est le temps qui sera nécessaire pour trouver qui a tué la lycéenne dont le corps profané a été retrouvé dans le parc. Quelque chose dans son visage rappelle à Einar sa propre fille, Gunnsa, quand elle était un peu plus jeune et encore innocente. Mais aujourd’hui Gunnsa est elle-même photographe et travaille dans le même journal que son père, et elle s’intéresse particulièrement aux enquêtes sur tous ces enfants qui fuguent ou disparaissent. Elle sait se mouvoir avec agilité sur les réseaux sociaux, et c’est elle qui saura faire avancer l’enquête de son père.

Arni Thorarinsson a écrit un thriller haletant situé dans l’Islande actuelle, qui décrit avec style et sensibilité le monde de corruption et de dégradation qui affleure à la surface de cette société, un monde peuplé seulement de prédateurs et de leurs proies.

Notre Avis

Partagez votre lecture…

Arnaldur INDRIDASON : Les fils de la poussière

L’enquête est menée parallèlement par le frère de la victime et par une équipe de policiers parmi lesquels apparaît un certain Erlendur !

Islande
Arni THORARINSSON - Les fils de la poussiere
-
  • Éditions Métailié le 4 octobre 2018
  • Traduit par Eric BOURY
  • Pages : 288
  • ISBN : 9791022608251
  • Prix : 21,00 €

Présentation de l'éditeur

Paru en 1997, Les Fils de la poussière, premier roman d’Arnaldur Indridason, a ouvert la voie au polar islandais en permettant à ce genre littéraire d’accéder enfin à la reconnaissance et d’acquérir ses lettres de noblesse en Islande.

Le récit s’ouvre sur le suicide de Daniel, quadragénaire interné dans un hôpital psychiatrique de Reykjavík. Au même moment, un vieil enseignant, qui a eu Daniel comme élève dans les années 60, meurt dans un incendie. Le frère de Daniel essaie de découvrir ce qui liait ces deux hommes et comprend graduellement que, dans les années 60, certains enfants ont servi de cobayes dans le cadre d’essais pharmaceutiques et génétiques qui ont déraillé…

L’enquête est menée parallèlement par le frère de Daniel et par une équipe de policiers parmi lesquels apparaît un certain Erlendur, accompagné du jeune Sigurdur Oli et d’Elinborg.

Dès ce premier roman, on trouve tous les éléments qui vont faire le succès international qu’on connaît.

Au moment où il écrit ce roman, après des études d’histoire, Arnaldur Indridason est journaliste chargé de la rubrique cinéma dans le principal journal de Reykjavík. Il est le fils d’un écrivain reconnu, ce qui est aussi un défi.

Notre Avis

Partagez votre lecture…

Ragnar JONASSON : Sótt

La série des « enquêtes de Siglufjördur », village dont sa famille est originaire, connaît un succès retentissant en France et à l’étranger.

Islande

La série des « enquêtes de Siglufjördur », village dont sa famille est originaire, connaît un succès retentissant en France et à l’étranger.

Ragnar JONASSON - sott
-
  • Éditions La Martinière le 20 septembre 2018
  • Traduit par Ombeline Marchon
  • Pages : 352
  • ISBN : 9782732488158
  • Prix : 21,00 €

Présentation de l'éditeur

Mais que se passe-t-il encore à Siglufjördur ? L’inspecteur Ari Thór n’est pas venu à bout des secrets de ce village en apparence si tranquille. Lui qui avait fini par se faire à la rudesse du climat et aux hivers trop longs se sent de nouveau pris à la gorge par un terrible sentiment de claustrophobie. La ville est mise sous quarantaine car on suspecte une épidémie de fièvre hémorragique (sótt, en islandais). Les premières victimes succombent tandis qu’un crime vieux de cinquante ans remonte à la surface… Le huis clos se referme sur les habitants de Siglufjördur.

C’est l’agent d’Henning Mankell qui a découvert Ragnar Jónasson et vendu les droits de ses livres dans vingt pays. Né à Reykjavik, Jónasson a traduit plusieurs des romans d’Agatha Christie en islandais, avant d’écrire ses propres enquêtes. La série des « enquêtes de Siglufjördur », village dont sa famille est originaire, connaît un succès retentissant en France et à l’étranger.

Notre Avis

Partagez votre lecture…

Bergsveinn BIRGISSON : La lettre à Helga

Ce beau et puissant roman se lit d’une traite, tant on est troublé par l’étrange confession amoureuse d’un éleveur de brebis

Islande
Bergsveinn BIRGISSON - La lettre a Helga
La lettre à Helga
  • Éditions Zulma en aout 2013
  • Editions Points Seuil en février 2015
  • Editions Zulma Poche en mai 2018
  • Traduit par Catherine Eyjólfsson
  • Pages : 144
  • ISBN : 9782843048241
  • Prix : 8,95 €

Présentation de l'éditeur

« Mon neveu Marteinn est venu me chercher à la maison de retraite. Je vais passer le plus clair de l’été dans une chambre avec vue plongeante sur la ferme que vous habitiez jadis, Hallgrímur et toi. » Ainsi commence la réponse – combien tardive – de Bjarni Gíslason de Kolkustadir à sa chère Helga, la seule femme qu’il aima, aussi brièvement qu’ardemment, d’un amour impossible.

Et c’est tout un monde qui se ravive : entre son élevage de moutons, les pêches solitaires, et sa charge de contrôleur du fourrage, on découvre l’âpre existence qui fut la sienne tout au long d’un monologue saisissant de vigueur. Car Bjarni Gíslason de Kolkustadir est un homme simple, taillé dans la lave, pétri de poésie et d’attention émerveillée à la nature sauvage.

Ce beau et puissant roman se lit d’une traite, tant on est troublé par l’étrange confession amoureuse d’un éleveur de brebis islandais, d’un homme qui s’est lui-même spolié de l’amour de sa vie.

L'AVIS DE SOPHIE PEUGNEZ

Lettre d’amour à celle qu’il n’a pas choisi.

Campagne Islandaise, l’éleveur de moutons et contrôleur du fourrage Bjarni regardait avec envie les courbes généreuses de sa voisine Helga. Mais il n’a pas su se décider quand il le fallait. La terre de ses ancêtres valait-elle vraiment tous les sacrifices ?

Il lui écrit une lettre alors que son épouse vient de mourir

« Chère Helga,

Certains meurent de causes extérieures. D’autres meurent parce que la mort depuis longtemps soudée à leurs veines travaille en eux, de l’intérieur. Tous meurent. Chacun à sa façon. Certains tombent par terre au milieu d’une phrase. D’autres s’en vont paisiblement dans un songe. Est-ce que le rêve s’éteint alors, comme l’écran à la fin du film ? Ou est-ce que le rêve cange simplement d’aspect, acquérant une autre clarté et des couleurs nouvelles ? Et celui qui rêve, s’en aperçoit-il tant soit si peu ?

Ma chère Unnur est morte. Elle est morte en rêvant, une nuit où il n’y avait personne. Bénie soit sa mémoire. » (page 9)

Il se dégage une telle intensité et une telle beauté de ce texte, et une même temps une douleur et des regrets au fil des mots. Récit poétique et charnel.

« Tu mis à vif en moi une attirance qui ne fit que s’exacerber et qui pouvait se transformer en brasier à tout moment, sous le moindre prétexte. Si je voyais une bosse de terrain rebondie ou une meule bien ronde, leurs courbes se confondaient dans ma tête avec les tiennes, de sorte que ce n’était plus le monde extérieur que je percevais, mais toi seule dans toutes les manifestations de ce monde. Quand je voyais un agneau têter goulûment sa mère, je m’identifiais à lui. » (pages 33-34)

A la fois déclaration d’amour et acte manqué.

Un des plus beaux textes que j’ai pu lire. L’histoire est tellement intense et dotée d’une forme de sagesse très ancienne. Je m’attendais donc à découvrir un auteur très âgé et ma stupeur fût grande lorsque j’ai découvert que Bergsveinn Birgisson était né en 1971.

Il existe une version audio de cet ouvrage lu par l’acteur et comédien Rufus (Audiolib), sa voix et son interprétation sont également sublimes.

Ragnar JONASSON : Natt

En Islande, les fjords et les volcans dissimulent des secrets macabres. Une seule règle : ne pas se fier aux apparences.

Islande
Ragnar JONASSON- Natt
Nátt

Présentation de l'éditeur

En Islande, les fjords et les volcans dissimulent des secrets macabres. Une seule règle : ne pas se fier aux apparences.

C’est l’été à Siglufjördur. Le climat de ce village du nord de l’Islande est si rude que le jeune policier Ari Thór voit arriver avec soulagement cette saison où le soleil brille à toute heure du jour et de la nuit. Mais le répit est de courte durée. Un homme battu à mort est découvert sur les bords d’un fjord tranquille. Une jeune journaliste vient fouiner d’un peu trop près. Que cherche-t-elle à découvrir ? Ou à étouffer ?

Surtout, l’éruption spectaculaire de l’Eyjafjallajökull recouvre peu à peu toute l’Islande d’un épais nuage de cendres. Cette étrange « nuit » – nátt, en islandais – fait remonter les secrets les plus enfouis. Personne ne sera épargné. Pas même Ari Thór, qui doit pourtant boucler son enquête au plus vite, s’il veut éviter de nouveaux crimes.

C’est l’agent d’Henning Mankell qui a découvert Ragnar Jónasson et vendu les droits de ses livres dans dix-huit pays. Né à Reykjavik, Jónasson a traduit plusieurs des romans d’Agatha Christie en islandais, avant d’écrire ses propres enquêtes. Sa famille est originaire de Siglufjördur.

Notre Avis

Partagez votre lecture…

Lilja SIGURDARDOTTIR : Reykjavik noir – 02 – Le filet

Il ne faut jamais se fier aux femmes, quand on les attaque elles se défendent avec des arguments surprenants et efficaces.

Islande

INFOS ÉDITEUR

Lilja SIGURDARDOTTIR - Reykjavik noir - 02 - Le filet
Le filet

Parution aux éditions Métailié le 8 mars 2018

Traduit de l’islandais par Jean-Christophe Salaün

Il ne faut jamais se fier aux femmes, quand on les attaque elles se défendent avec des arguments surprenants et efficaces.

Sonja est contrainte de transporter des valises de drogue pour pouvoir continuer à voir Tómas, son petit garçon. Il faut avouer qu’elle a un vrai talent de passeuse et un complice inattendu à la douane de Keflavík. Elle rêve de fuir les chantages affectifs : celui de son ex-mari, celui de sa compagne, l’ex-banquière à l’amour encombrant, qui a détourné les fonds d’un puissant homme politique et passe devant une commission d’enquête financière.

Mais son exceptionnel sens pratique et son sang-froid finissent par la mettre dans une situation inextricable et elle découvre que la perversité des femmes peut être bien plus redoutable que la cruauté des hommes. Sonja prend alors les événements à bras le corps et s’attaque aux plus puissants des malfrats.

Une histoire pleine de surprises : une intrigue internationale menée tambour battant, du chantage à l’amour maternel, un double jeu inquiétant, une héroïne élégante hors du commun, le tout sur un rythme sans faille. Lilja Sigurdardóttir confirme son talent de nouvelle reine du thriller.

(Source : Métailié – Pages : 320 – ISBN : 9791022607520 – Prix : 20,00 €)

L’AVIS

Vous voulez partager votre lecture, contactez nous

Lilja SIGURDARDOTTIR : Reykjavik noir – 01 – Piégée

Sonja a été contrainte de devenir passeuse de cocaïne pour retrouver la garde de son petit garçon.

Islande

INFOS ÉDITEUR

Lilja SIGURDARDOTTIR - Reykjavik noir - 01 - Piegee

Parution aux éditions Métailié en mars 2017

Parution aux éditions Points le 8 mars 2018

Traduit de l’islandais par Jean-Christophe Salaün

Sonja a été contrainte de devenir passeuse de cocaïne pour retrouver la garde de son petit garçon. Elle doit jouer au chat et à la souris avec des narcotrafiquants féroces, un ex-mari pervers, un avocat ambigu, une compagne envahissante.

Elle doit se montrer de plus en plus inventive, de plus en plus audacieuse. Elle doit sortir du piège dans lequel elle s’est laissé enfermer. Seule certitude, Tómas son petit garçon, lui, ne vit que pour ses week-ends auprès de sa si jolie maman.

Il y a aussi, à l’aéroport de Keflavík, Bragi, le vieux douanier, très intrigué par cette jeune femme élégante et décidée qui traverse régulièrement les salles d’embarquement.
Entre malversations et trafic de drogue, Piégée est un thriller original et brillant, mêlant une intrigue pleine de suspense, des personnages attachants et une description fantastique de la capitale de l’Islande pendant l’hiver 2010-2011, couverte de cendres et sous le choc du krach financier.

Nominé pour le Drop of Blood, le prix islandais du roman policier 2016.

(Source : Métailié – Pages : 336 – ISBN : 9791022606332 – Prix : 21,00 €)

L’AVIS DE SOPHIE PEUGNEZ

Une jeune femme se prépare à prendre l’avion sans bagage, elle a juste le catalogue d’une maison très connue dans les mains. Elle observe autour d’elle, repère sa « proie », elle se rend dans la boutique « duty free », achète une valise, quelques emplettes et elle fait l’échange au moment importun. Car Sonja avec son allure  de femme affaire est une véritable passeuse de drogue. Son rôle de mule elle l’assume, elle a vraiment le sentiment bien le gérer même si à la base ce n’est pas un choix. Elle a été « Piégée ». C’est pour son petit garçon Tomas qu’elle a fait ça, elle n’en n’a pas la garde et ses difficultés financières la poussent à continuer pour qu’ils puissent enfin vivre tous les deux. Car lui aussi souffre de cette séparation.

Agla fera-t-elle partie de sa vie ? La relation entre elles deux est très complexe : sensuelle mais pas continue. La difficulté d’assumer cette attirance, cette alchimie, vis-à-vis de la société. Et Agla qui travaille dans le milieu bancaire se retrouve rattrapée par la justice suite à la crise financière islandaise. Chacune a sa part d’ombre ou son jardin secret qu’elle ne dévoile pas à l’autre.

Arriveront-elles à trouver la sérénité, l’équilibre et l’une d’elle risque-t-elle  de finir derrière les barreaux ? Surtout que le douanier Brago a repéré la jolie silhouette de cette mystérieuse passagère. Or son flair et son expérience vont commencer à le titiller et il va l’observer de plus près.

« Piégée » traduit de l’islandais par Jean-Christophe Salaün est une jolie vraie découverte. J’ai adoré dès les première lignes découvrir cette jeune femme intrigante, passeuse de drogue (même si je n’adhère pas du tout à la prise de ce type de substance).  Mais ô combien attachante, l’amour qu’elle porte à son fils la guide, lui donne de la force, elle est prête à tout pour lui. Elle assume  aussi ses envies, le corps et les caresses d’Agla sont «  sa came » à elle.

Ce roman policier publié aux Editions Métailié à plusieurs grilles de lecture : l’immersion de la vie quotidienne de Sonja, ses difficultés familiales et financières. « Anti-héros » par ses actes mais à qui on peut certainement donner le statut de victime. En tout cas tellement réelle et sensible que j’avais envie de la protéger, qu’elle s’en sorte, quoiqu’elle fasse, quel que soient ses choix et pourtant ils sont loin d’être tous louables.

C’est à la fois facile à lire t en même temps c’est une vraie réflexion sur la situation économique de l’Islande et également de l’Europe. La Grèce et sa chute mais aussi ce qui attend la France et qui est loin d’être rassurant.

Un très bon texte de cette nouvelle venue dans le paysage du roman policier nordique : Lilja Sigurdardottir qui dévoile l’univers des passeurs de drogue, peut-on s’arrêter lorsqu’on a mis un doigt dans l’engrenage ? Et j’aime tout particulièrement l’histoire de Sonja et Agla. Le doute, les craintes de cette dernière sont très émouvantes. Pas toujours facile d’assumer ses envies les plus intimes. Surtout quand la société est loin d’être toujours tolérante. Une sensualité très élégante. J’ai vraiment de me plonger à nouveau dans cet univers.

Yrsa SIGURDARDOTTIR : ADN

Thriller machiavélique et glaçant, ADN secoue le polar islandais. Élu meilleur roman policier de l’année au Danemark et en Islande.

Islande

INFOS ÉDITEUR

Yrsa SIGURDARDOTTIR - ADN
ADN

Parution aux éditions Actes Sud le 3 janvier 2018

Traduit de l’islandais par Catherine MERCY

Qui pouvait bien vouloir tuer Elísa Bjarnadóttir, cette jeune mère de famille islandaise sans histoires ? Et pourquoi tant de sauvagerie ? Avec pour seul témoin une fillette de sept ans murée dans le silence et comme seul indice d’étranges suites de nombres écrites par l’assassin, la tâche de la police s’avère délicate. Mais les enquêteurs n’ont pas de temps à perdre : un monstre se promène dans les rues de Reykjavik, et il n’a pas fini de faire parler de lui.

Thriller machiavélique et glaçant, ADN secoue le polar islandais. Élu meilleur roman policier de l’année au Danemark et en Islande.

(Source : Actes Sud – Pages : 448 – ISBN : 9782330090555 – Prix : 23,00 €)

L’AVIS

Vous voulez partager votre lecture, contactez nous

Yrsa SIGURDARDOTTIR : Indésirable

Jouant habilement des ressorts du surnaturel, Yrsa SIGURDARDOTTIR signe un thriller spectral et glaçant.

Islande
Yrsa SIGURDARDOTTIR - Indesirable
Indésirable
  • Éditions Actes Sud en février 2016
  • Editions Babel en janvier 2018
  • Traduit par Catherine MERCY
  • Pages : 320
  • ISBN : 9782330058029
  • Prix : 22,50 €

Présentation de l'éditeur

Employé d’un obscur bureau gouvernemental islandais, Óðinn est chargé d’enquêter sur Krókur, un foyer éducatif réservé aux adolescents à problèmes dans les années 1970. L’établissement est fermé depuis longtemps, mais des abus mis au jour dans d’autres centres incitent l’État à passer ces foyers au peigne fin pour éviter tout nouveau scandale.

Une chape de silence semble peser sur Krókur, mais peu à peu Óðinn découvre que de sombres secrets entourent les anciens pensionnaires. À l’époque, deux jeunes garçons y avaient mystérieusement trouvé la mort, asphyxiés dans une voiture. Et personne ne sait vraiment ce qui est arrivé au bébé du couple qui gérait le foyer, disparu le jour de sa naissance, et dont le destin macabre semble encore hanter les lieux.

À mesure qu’il creuse l’affaire, Óðinn se met à entendre des voix, comme si les fantômes du passé, réveillés contre leur gré, s’insinuaient dans sa propre vie. La bouche d’ombre susurre à son oreille, et lentement tout bascule. Le doute, frère du malaise, rogne peu à peu les fragiles certitudes de son existence : la mort récente de son ex-femme était-elle vraiment un accident ? Et qu’a vraiment vu sa fille de onze ans ce jour-là ?

Jouant habilement des ressorts du surnaturel, Yrsa SIGURDARDOTTIR, voix singulière de la littérature policière islandaise, signe un thriller spectral et glaçant.

Notre Avis

Partagez votre lecture…

Arnaldur INDRIDASON : Trilogie des ombres – 01 – Dans l’ombre

Dans ce roman prenant et addictif, le lecteur est aussi fasciné par le monde qu’incarnent les personnages que par l’intrigue, imprévisible.

Islande

INFOS ÉDITEUR

dans ombre - arnaldur indridason

Parution aux éditions Métailié en février 2017

Parution aux éditions Points le 8 février 2018

Traduit de l’islandais par Eric Boury

La Femme de l’Ombre vient c’est vu décerner la plus haute récompense du roman noir en Islande, le « Blood Drop ».

Un représentant de commerce est retrouvé dans un petit appartement de Reykjavik, tué d’une balle de Colt et le front marqué d’un “ss” en lettres de sang. La police soupçonne rapidement les soldats étrangers qui grouillent dans la ville en cet été 1941. Deux jeunes gens sont chargés des investigations : Flovent, le seul enquêteur de la police criminelle d’Islande, ex-stagiaire à Scotland Yard, et Thorson, l’Islandais né au Canada, désigné comme enquêteur par les militaires parce qu’il est bilingue.

L’afflux des soldats britanniques et américains bouleverse cette ile de pêcheurs et d’agriculteurs qui évolue rapidement vers la modernité. Les femmes d’émancipent. Les nazis, malgré la dissolution de leur parti, n’ont pas renoncé à trouver des traces de leurs mythes et de la pureté aryenne dans l’île. Par ailleurs on attends en secret la visite d’un grand homme.

Les multiples rebondissements de l’enquête dressent un tableau passionnant de l’Islande de la “Situation”, cette occupation des jeunes soldats qui sèment le trouble parmi la population féminine. Ils révèlent aussi des enquêteurs tenaces, méprisés par les autorités militaires mais déterminés à ne pas se laisser imposer des coupables attendus.

Dans ce roman prenant et addictif, Arnaldur INDRIDASON, le lecteur est aussi fasciné par le monde qu’incarnent les personnages que par l’intrigue, imprévisible.

(Source : Métailié – Pages : 330 – ISBN : 9791022605410 – Prix : 21,00 €)

L’AVIS DE SOPHIE PEUGNEZ

Le représentant Eyvindur a du mal à placer ses produits, la dispute avec sa compagne Vera a troublé sa concentration. Mais lorsqu’il revient à son domicile il s’inquiète car toutes les affaires de la jeune femme sont volatilisées.

Dans un appartement de Reykjavik un représentant de commerce est retrouvé avec une balle dans la tête. Florent commence les investigations avec un docteur du district. Et même si il travaille depuis plusieurs années à la Criminelle, son expérience est encore fraiche. La question d’un coupable du crime est très vite sur le tapis.

Les troupes américaines remplacent peu à peu les soldats britanniques. Thorson est membre de la police militaire, c’est ce qu’on appelle un Islandais de l’Ouest, ses parents ont immigré au Canada où il est né mais parle couramment l’islandais. Ses supérieurs vont lui demander d’assister Florent, officiellement pour l’aider, mais surtout pour remonter les infos au cas où un des leurs qui aurait commis le méfait. La victime présumée se nomme Felix Lunden et certains membres de sa famille sont très proches des nazis. Serait-ce l’explication de sa croix gravée sur le front du cadavre ? En plein conflit, l ‘espionnage peut-il être un mobile de meurtre ou est-ce une simple histoire de cœur qui mal tournée ?

« Dans l’ombre » traduit par le caennais Eric Boury et publié aux Editions Métailié est un roman vraiment fascinant et captivant. Il montre un visage de l’Islande que l’on connait peu : celui d’un pays qui sert de base pour les contingents des forces alliées. Cela a forcément des répercutions sur la population notamment sur les jeunes femmes qui tombent amoureuses de ces soldats étrangers mais chose plus triste du « commerce » des corps. Les soldes servent parfois à payer de jeunes islandaises qui se rendent sur les bateaux. La présence de tous ces hommes crée également du travail certaines islandaises deviennent blanchisseuses pour eux. Pas facile d’avoir un point de vue unique sur cette présence militaire peut-on aller jusqu’à employer le mot occupation ? Arnaldur Indridason a cette capacité à nous transmettre en toute simplicité et avec brio l’histoire de son pays. A plusieurs périodes comme il a pu le dépeindre également dans « Le duel », les espions semblent nombreux sur l’île, lieu stratégique lorsque les blocs s’affrontent. Le nazisme n’a pas été malheureusement que l’apanage des allemands et les recherches sur la race supérieure ont été au-delà du territoire du Reich. On retrouve des faits très inquiétants et souvent méconnus en France que l’auteur Olivier Truc a également mentionné dans son dernier roman « La Montagne rouge », je trouve d’ailleurs que la lecture de ces deux ouvrages se complète très bien.

Arnaldur Indridason est très connu pour les enquêtes de son inspecteur Erlendur mais je pense qu’il a fait un bon choix en proposant des nouveaux personnages. J’ai notamment beaucoup aimé Thorson avec son histoire familiale particulière, le destin des expatriés pour qui il est complexe de gérer la priorité entre leur nouvelle nation et leurs racines.

Dans L’ombre est le tome 1 de la trilogie des ombres et il me tarde de lire la suite « La femme de l’ombre » qui va paraître en octobre 2017. Car j’ai vraiment le sentiment qu’Arnaldur Indridason s’apaise au fil des années, j’avais trouvé La Cité des jarres très sombre, un aspect presque « dépressif » dans le texte. Et là il y a telle force et une telle envie de transmettre, je ne peux qu’à mon tour avoir envie d’en parler au plus grand nombre.

 

Vous voulez partager votre lecture, contactez nous

Arnaldur INDRIDASON : Trilogie des ombres – 02 – La femme de l’ombre

Indridason met en scène des personnages attachants, tendres ou cruels, des vies bouleversées, des histoires surprenantes dans un pays occupé.

Islande
Arnaldur INDRIDASON -Trilogie des ombres - 02 - femme de ombre
-
  • Éditions Métailié en octobre 2017
  • Editions Points le 11 octobre 2018
  • Traduit par Éric Boury
  • Pages : 408
  • ISBN : 9782757871799
  • Prix : 8,00 €

Présentation de l'éditeur

Une jeune femme attend son fiancé à Petsamo, une ville tout au nord de la Finlande. Tous deux doivent rentrer en Islande sur le paquebot Esja pour fuir la guerre qui vient d’éclater dans les pays nordiques, mais le jeune homme n’arrive pas.

Au printemps 1943, dans une Islande occupée par les troupes alliées, la découverte d’un corps rejeté par la mer sème l’émoi à Reykjavík. Au même moment, un jeune homme est victime d’une agression d’une sauvagerie inouïe non loin d’un bar à soldats, et une femme qui fréquente avec assiduité les militaires disparaît brusquement. Les jeunes enquêteurs Flovent et Thorson suivent des pistes contradictoires et dangereuses : officiers corrompus, Gestapo, vulgaires voyous…

Avec une habileté subtile, Indridason met en scène des personnages attachants, tendres ou cruels, des vies bouleversées, des histoires surprenantes dans un pays occupé. Un beau livre captivant.

Notre Avis

Partagez votre lecture…

Ragnar JONASSON : Mörk

Quand le crime à l’anglaise rencontre les terres gelées de l’Islande. Cluedo au pays des fjords…

Islande
Ragnar JONASSON - Mork
Mörk
  • Éditions La Martinière en mars 2017
  • Editions Points le 8 mars 2018
  • Traduit de la version anglaise d’après l’islandais par Philippe REILLY
  • Pages : 336
  • ISBN : 9782732480442
  • Prix : 21,00 €

Présentation de l'éditeur

Quand le crime à l’anglaise rencontre les terres gelées de l’Islande.
Cluedo au pays des fjords…

À Siglufjördur, à l’approche de l’hiver, le soleil disparaît derrière les montagnes pour ne réapparaître que deux mois plus tard. Ce village perdu du nord de l’Islande plonge alors dans une obscurité totale…

Le jeune policier Ari Thór veille sur la petite communauté sans histoires. Mais son collègue, l’inspecteur Herjólfur, est assassiné alors qu’il enquêtait aux abords d’une vieille maison abandonnée. L’illusion d’innocence tombe. Tous les habitants n’avaient-ils pas, au fond, une bonne raison de semer le chaos ? Elín, qui fuit un passé violent. Gunnar, maire du village, qui cache d’étranges secrets… Pour reconstituer le puzzle, il faudra aussi écouter cette voix qui murmure, enfermée derrière les cloisons d’un hôpital psychiatrique, et qui tient peut-être la clé de l’énigme.

Notre Avis

Partagez votre lecture…